Le procédé d'extraction du pétrole : explications

Après avoir découvert un gisement de pétrole jugé rentable et obtenu les diverses autorisations administratives pour son exploitation, on peut procéder à son extraction. Celle-ci consiste à retirer du sol le maximum de pétrole utilisable. Que le gisement de pétrole se situe dans le sous-sol marin ou dans le sous-sol de la terre ferme, le forage est toujours nécessaire. C'est la base du procédé d'extraction du pétrole.

La récupération primaire du pétrole

La récupération primaire du pétrole est une phase plus ou moins naturelle. Le pétrole se situe entre une couche d'eau et une couche de gaz. L'eau qui est présente déplace naturellement le pétrole vers la base du puits lorsqu'il y a une expansion de gaz. Aussi, la pression qui pousse le pétrole à jaillir est spontanée. Dans ce cas, le puits est qualifié d'éruptif.

Les investissements lors de cette récupération restent limités dans la mesure où elle se fait par auto-pression. Il suffit d'installer un système de vanne dit « arbre de noël » pour gérer la production du puits. Mais le taux de récupération de celle-ci n'atteint pas plus de 30% de la capacité du puits. Parfois même, il ne dépasse pas les 5%.

La récupération secondaire du pétrole

Plus la production s'effectue, plus les gaz sont libérés. Par conséquent, la pression souterraine diminue jusqu'à un point où il faut trouver un moyen extérieur pour la faire augmenter. Dans ce cas, il faut injecter de l'eau et du gaz comme le dioxyde de carbone ou l'azote dans le puits. Le but est de rendre le fluide moins dense dans le réservoir.

C'est donc le début d'une phase assistée de l'extraction du pétrole. La récupération secondaire est un peu plus coûteuse que la première car elle implique plus d'énergies. C'est la phase la plus productive de l'extraction. Elle permet de pomper jusqu'à 40% du pétrole utilisable contenu dans le réservoir souterrain.

La récupération tertiaire du pétrole

La récupération tertiaire est la seconde phase assistée du procédé d'extraction du pétrole. Cette étape a pour but de rendre le reste du pétrole contenu dans le réservoir moins visqueux. Les méthodes thermiques sont les plus utilisées pour cette dernière phase de récupération. Concrètement, il s'agit de produire de la chaleur qui créera de la vapeur. Celle-ci sera ensuite intégrée dans le pétrole pour le rendre plus fluide et faciliter son pompage. Parfois, on injecte directement du gaz dans la partie liquide du gisement.

La récupération tertiaire du pétrole n'est pas toujours achevée à cause de la rentabilité incertaine. C'est une phase qui engendre d'importants coûts compte tenu des différentes installations qu'il faut effectuer. Ainsi, cette phase se fait en fonction du prix du pétrole brut. Si ce dernier est élevé, elle en vaut la peine d'être réalisée. Dans le cas contraire, il faut attendre l'augmentation du prix pour reprendre l'extraction.

Pour améliorer les compétences en matière d'extraction de pétrole, Philia SA dont l'administrateur est Ikenna Okoli offre des formations dans le domaine de l'industrie pétrolière. D'autant plus que Philia SA maîtrise à la fois l'extraction et la vente de pétrole.



Nos articles